Comment les chevaux perçoivent-ils le monde qui les entoure ?

L'oeil d'un cheval

Les chevaux perçoivent le monde d’une manière totalement différente de la nôtre.

Comprendre la perception et la vision de votre cheval va vous permettre de mieux comprendre certaines de ses réactions, de mieux interagir avec lui et donc de progresser.

Ses connaissances vont également vous permettre de lui proposer de meilleures conditions de vie, de travail et donc d’améliorer son bien-être.

Voici en quelques points ce que vous devez absolument savoir sur la vision des chevaux :

Le cheval a un champ de vision presque globale

Grâce à ses gros yeux latéraux et ses pupilles horizontales, le cheval a une vision panoramique à 350°.

champ visuel du cheval

Ce que voit le cheval sur les côtés est assez flou

Tout ce qui se trouve dans les zones où il ne voit qu’avec un seul œil manque de détail (zones monoculaires).

Cependant, il y perçoit très bien les mouvements (caractéristique de proie).

Seul le champ binoculaire lui permet une vision nette en 3D

Le champ binoculaire est celui où il utilise ses deux yeux, situé devant lui, il lui permet de voir en relief.

Cependant ce champ est bien plus réduit que le notre (cheval 60°/ homme 120°).

Si votre cheval est effrayé par quelque chose, laissez-lui la possibilité d’y faire face, afin qu’il puisse mieux le voir et apprécier la distance à laquelle l’objet se trouve.

La vision du cheval possède plusieurs angles morts :

Derrière lui : Si vous arrivez derrière lui, sans bruit, vous risquez vraiment de le surprendre !

Imaginez-vous à sa place… vous pensez être seul grâce à votre super vision presque globale, et là venant de nul part, une grosse masse flou apparaît derrière vous : PANIQUE !!!   Instinctivement le cheval va vouloir se défendre (coup de sabot) et/ou fuir (si le cheval est attaché, il risque de “tirer au renard” et de se blesser). Soyez donc vigilant et évitez d’approcher un cheval par derrière.

Au dessus de lui : Lorsque vous êtes sur son dos, le cheval ne voit que vos jambes !

A cheval, évitez donc les mouvements inhabituels, comme par exemple de retirer votre veste, ou votre gilet de cross ! ceci vous évitera bien des mésaventures …

Sous son nez : le point de vue du cheval le plus proche se situe à 2 mètres ! le cheval ne voit donc pas ce qu’il mange.

Le vue du cheval est orienté vers le bas

L’œil du cheval est peu mobile et son axe est orienté vers le bas, ce qui l’oblige à orienter sa tête pour observer son environnement.

Lorsque le cheval est monté et placé, le chanfrein proche de la verticale, il ne voit plus que le sol et légèrement le reste, mais de manière assez flou.

C’est pourquoi, pour bien voir les obstacles le cheval doit pouvoir remonter sa tête. Avec des bras souples et en gardant le contact, laissez à votre cheval la possibilité de le faire, ce qui lui permettra d’anticiper ses sauts.

Vision cheval placé Vision abord d'obstacle

Le cheval a une très bonne vision nocturne

Moins bonne que celle du chat, mais bien meilleure que la nôtre.

On dit qu’il peut voir des objets à la seule lumière de étoiles.

La vision du cheval est très sensible aux changements d’intensité lumineuse

Lorsque un cheval passe d’un milieu bien éclairé à un espace sombre, l’accommodation de sa vue est très lente, ce qui a pour conséquence d’inquiéter les chevaux (30 minutes sont nécessaires pour une accommodation totale).

Vous avez surement déjà vécu cette sensation : par exemple lorsque que vous êtes en voiture, il fait grand soleil et au moment d’entrer dans un tunnel vous êtes temporairement aveuglé. Heureusement pour nous, l’accommodation est assez rapide !

Passez doucement dans les zones sombres créera un changement d’intensité lumineuse moins brutale pour votre cheval.

Pour la même raison, l’embarquement peut être source d’inquiétude, je vous propose 2 solutions pour le rassurer :

  • Pour l’aider à monter dans un van, vous pourrez ouvrir la porte de devant pour faire entrer de la lumière.
  • Et pour l’aider à monter un camion, vous pourrez placer un véhicule à l’arrière (pas trop près) pour éclairer le fond du camion avec les phares.

Les chevaux sont daltoniens

Les chevaux ont seulement deux types de cônes, contrairement aux hommes qui en possèdent trois. 

Certains hommes dits “daltoniens” ne possèdent également que deux types de cônes. Les chevaux voient donc probablement le monde de la même manière qu’un homme daltonien qui ne peut distinguer de différence entre le rouge et le vert.

Des expériences récentes montrent que le cheval réagit très bien aux jaunes, puis aux verts, puis aux bleus.

La prédominance du jaune et du vert pourrait correspondre à une adaptation à la couleur dominante de son milieu naturel, les plaines herbeuses.

Voici le spectre des couleurs qui seraient vues par le cheval :

Spectre des couleurs vues par le cheval

Pensez-y lorsque vous peindrez vos barres d’obstacles : une barre peinte en rouge et vert, sera juste une barre verte aux yeux du cheval, et sera donc probablement moins respectée qu’une barre peinte en bleu et jaune.

Conclusion

J’espère que cet article vous permettra de mieux comprendre certaines réactions de nos amis équin, de mieux interagir avec eux, et donc pour vous de progresser.

Je vous encourage à continuer d’améliorer votre compréhension des chevaux afin de leur proposer de meilleures conditions de vie et de travail, et donc d’améliorer leur bien-être.

Si cet article vous a plu, partagez-le.

Et n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Crédit Photos :  Kenshinou, John Harwood

Sources :  Webconférence réalisée le 6 octobre 2016 par M. Vidament IFCE, Direction Développement et Recherche Equipe Comportement, Neurobiologie et Adaptation /et  http://www.angeblanc.fr/files/la-vue-chez-le-cheval.pdf. / http://www.omafra.gov.on.ca/french/livestock/horses/facts/info-visualworld.htm.

Recherches utilisées pour trouver cet article :vision du cheval,voir gratuitement Les cavaliers aux yeux verts
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 305
  •  
  •  

Commentaires 5

  • Le cheval est sensible aux changements de luminosité, et il faudrait aller doucement dans ces zones de transition. Mais en cross, cela n’est guère possible. Alors comment faire ?

    • Bonjour Lili,
      En effet sur le cross, tu n’auras pas vraiment le temps de passer doucement 😉
      Tu devras, dans ce cas, préparer l’entrée dans un bois par exemple, comme tu préparerais ton cheval à l’approche d’un obstacle, afin de le prévenir qu’il va se passer quelque chose, ce qui atténuera sa surprise lors du changement d’intensité lumineuse. Et en te redressant bien, afin d’éviter d’être déséquilibrée en cas d’hésitation de sa part.
      J’ai déjà vu des chevaux faire demi-tour à l’entrée d’un bois, d’où l’intérêt de bien cadrer ton cheval comme à l’abord d’un obstacle.
      Rééquilibrer, ralentir un peu mais en gardant l’impulsion, permettra également à ton cheval d’avoir un peu de temps pour regarder, analyser et comprendre où tu lui demandes d’aller, comme à l’approche d’un gué par exemple, c’est bon pour sa confiance en lui et en toi 😉

  • J’aimerais connaître les sources de votre article, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement "10 clefs pour booster votre progression"